TRIENNALE DI MILANO 2016

Catégorie
La Triennale de Milan

Dates
02/04/2016 - 12/09/2016

Thème
21e Siècle. Design Après Design

Participants (Pays)
32

 

21e Siècle. Design Après Design.

La vingt-et-unième édition de la Triennale di Milano, reconnue par le BIE le 26 novembre 2014, eut lieu du 2 avril au 12 juin 2016. Organisée sur le thème « 21e Siècle. Design Après Design », elle marqua le retour de l’exposition internationale après une pause de 20 ans.

Son thème abordait des sujets contemporains tels que la diffusion des compétences du design à travers le monde, la nature de plus en plus transversale et multidisciplinaire du design, et la nouvelle relation entre les différentes compétences en design. « 21e Siècle. Design Après Design » n’avait pas l’intention de porter son regard sur le futur du design, mais plutôt de décoder le millénaire qui commence et d'identifier les changements qui portent l’idée même de projet. Il invitait ainsi participants et visiteurs à réfléchir au rôle du design durant les périodes de changements radicaux et abordait certaines questions clés telles que le genre, la mondialisation, la crise financière ou la migration.

En comparaison avec les éditions précédentes, la vingt-et-unième Triennale eut une portée élargie, apportant plus de diversité en termes d'expositions, d'idées, d'innovations et d'échanges. De nouveaux acteurs tels que les musées, les universités, les centres de design et les groupes à but non lucratif ont ainsi été invités à participer et ont concouru à élargir le champ des contributions.

Avec des participants plus de 30 nationalités différentes, le Palazzo dell'Arte présenta une large gamme de styles du 21ème siècle d'Europe, d'Afrique, d'Asie et des Amériques. Parmi les différentes expositions, la France présentait le laboratoire urbain vivant de Saint-Etienne, l'Iran, une imprimante 3D qui produisait continuellement des objets pour remplir les tables de son « bazar », alors que l'Angola associait objets traditionnels à meubles recyclés.

Si le Palazzo dell'Arte demeurait l’épicentre de cette vingt-et-unième Triennale, les expositions, pour la première fois, prirent place dans 19 sites différents à Milan comme dans sa périphérie, permettant ainsi une nouvelle approche de l'espace urbain en pleine évolution. Les différentes présentations étaient réparties sur une zone d'exposition de 22 000 m2, ainsi qu’un espace de 17 000 m2 entièrement dédié au thème "City After the City", situé sur l'ancien site de l'Exposition universelle 2015.

Parmi les expositions thématiques, "Neo Prehistory - 100 Verbs", de Kenya Hara et Andrea Branzi retraçait l'histoire des outils et instruments de la préhistoire aux dernières nanotechnologies. Au sein de la Fabbrica del Vapore, l'exposition «New Craft» de Stefano Micelli donnait une forme visible à la rencontre entre innovation technologique et excellence artisanale, offrant aux visiteurs une découverte des nouveaux outils numériques, de leurs productions et leurs liens avec le travail et le savoir-faire des hommes. Ailleurs, dans le HangarBicocca Pirelli, Nina Bassoli et Gaia Piccarolo organisaient « Architecture as Art », exposition créant une « prolifération » appréhendant l'architecture en tant qu’événement artistique.

L'édition 2016 du Bulletin du BIE fut dédiée au thème de la XXIe Triennale di Milano.