FLORALIES EXPO 1980 MONTREAL

Category
Exposition Internationale Horticole de catégorie A1

Dates
17/05/1980 - 01/09/1980

Theme
Les liens qui existent entre les activités socio-culturelles de l’homme et son milieu physique

Official Designation
Floralies Internationales de Montréal

Area (ha)
40

Participants (Countries)
23

 


Les Floralies Expo 1980 Montréal, première Exposition Horticole organisée en Amérique du Nord, furent reconnues par le BIE le 14 février 1979 lors de sa 84e Assemblée Générale. Initié par le Ministre de l’Agriculture, l’événement a favorisé la prise de conscience en matière de problèmes environnementaux et a permis de mettre en lumière « les liens entre les activités socioculturelles de l’homme et son milieu physique ».

Rassemblant 23 participants internationaux, l’Exposition a accueilli près de 2 millions de visiteurs au cours de ses quatre mois et sur ses deux sites d’exposition :  les Floralies intérieures sur un espace de 6 000m2 au sein du Vélodrome Olympique et les Floralies extérieures de 40 ha sur l’Ile Notre Dame, l’île artificielle sur le fleuve Saint Laurent créée pour l’Exposition Universelle 1967. Les Floralies Internationales de Montréal furent ainsi le quatrième événement majeur à être organisé sur l’île Notre Dame, après l’Expo 1967, les Jeux Olympiques 1976 et le Grand Prix du Canada 1978.

Les Floralies intérieures furent ouvertes au public du 17 au 29 mai. Elles attirèrent 290 000 visiteurs. Sous le nom de « Vallée de Fleurs », elles rassemblaient des fleurs coupées ou en pots, des plantes tropicales et subtropicales, orchidées, bonsaïs, arbustes, cactacées et présentations d’art floral. Dix-sept pays y participèrent aux côtés d’organisations nationales et internationales.

Les Floralies extérieures furent, quant à elles, ouvertes au public du 31 mai au 1e septembre. Le site y était divisé en différentes sections présentant les différents aspects de l’horticulture ; chaque section était reliée aux autres par des canaux, sept ponts, des rocailles et des jardins publics. Outre les jardins qui y furent créés, sept pavillons de l’Exposition Universelle 1967 y furent rénovés et utilisés comme espaces d’exposition et salles de conférence.

La section internationale y rassemblait les savoir-faire horticoles de multiples pays du globe, dont celui du Mexique, du Portugal, des Etats Unis ou encore d’Israël. Une section institutionnelle permettait également d’appréhender certains aspects scientifiques et culturels, répondant à l’objectif de favoriser la prise de conscience écologique et le respect de l’environnement.

La section canadienne quant à elle permit aux visiteurs de mieux connaître la flore du pays illustrée par exemple par une tourbière entièrement reconstituée à partir d’éléments transportés un à un depuis l’extrême nord du pays, par des fleurs de la région subarctique et même des plantes de la Taïga. La section québécoise, développée par le Jardin Botanique de Montréal, rassemblait également plusieurs milliers d’espèces horticoles caractéristiques de la province, et s’ornait d’un bosquet d’érables et d’une pinède. 

Après l’Exposition, les Floralies extérieures furent conservées en tant que « Jardins des Floralies », partie intégrante du grand parc public aujourd’hui dénommé Parc Jean Drapeau, en l’honneur du Maire de la Ville durant l’Exposition Universelle 1967 et les Floralies 1980. Aujourd’hui encore, les Jardins des Floralies foisonnent de plantes vivaces, d’arbustes et d’arbres agrémentés d’œuvres artistiques, legs de l’Exposition Horticole de 1980.