WIG EXPO 1964 VIENNE

Catégorie
Exposition Internationale Horticole de catégorie A1

Dates
16/04/1964 - 11/10/1964

Thème
L’Horticulture Internationale

Désignation Officielle
WIG 64 – Wiener Internationale Gartenschau

Superficie (ha)
100

Visiteurs
2 100 000

Participants (Pays)
28

 

En 1964, l’Autriche accueillit sa première Exposition Horticole – la Wiener Internationale Gartenschau (WIG) 1964. Reconnue par l’Assemblée Générale du BIE le 13 novembre 1962, l’Exposition était partie intégrante de la stratégie de développement urbain d’après-guerre de la ville de Vienne. A l’instar des Expositions horticoles organisées en Allemagne, WIG 64 avait pour but d’aménager ou de réhabiliter des espaces verts au sein de la ville.

WIG Expo 1964 Vienna

Le site retenu pour l’Exposition se trouvait dans une « zone à problème » entre le Danube et le Vieux Danube, espace auparavant utilisé comme décharge et terrain de tir formant un quartier insalubre. En lieu et place, fut alors créé le Parc du Danube, afin d’améliorer l’image de Vienne, répondant aux priorités des Organisateurs et en particulier du Maire de Vienne, Franz Jonas, pour qui la croissance de la circulation et de l’urbanisation devait être contrebalancée.

Au cœur du site de 100 ha. fut construite la Tour du Danube de 252 mètres de haut, édifice iconique du panorama viennois, conçu par Hannes Lintl. Alfred Auer, Directeur des Parcs et Jardins de Vienne, fut quant à lui, chargé de la conception du parc et des jardins du site, avec pour cahier des charges, la nécessité de répondre aux besoins d’espaces verts de loisirs pour la ville. Autour de la Tour du Danube, furent dès lors créés une « vallée verte » de 180 000 m2 et un lac aux Iris de 30 000 m2. Au-delà, furent placés les jardins nationaux et les zones thématiques dont une roseraie, un jardin de lys, un jardin de Paracelse d’herbes médicinales ainsi que des landes.

Au sein des pavillons thématiques, différents aspects de l’horticulture furent présentés tels que des expositions sur la protection des plantes, la fertilisation, la sylviculture, la maison et le jardin, le traitement et la recherche pour les fruits et légumes. La serre au sein de la Tour Ruthner présentait quant à elle un système élévateur automatique permettant de fertiliser et d’irriguer les plantes, système novateur à l’Exposition, pionnier de l’agriculture verticale. 

Vingt-neuf pays participaient à l’Exposition, parmi lesquels 12 avaient conçus leur propre jardin national. Des architectes paysagistes de renom contribuèrent ainsi à la section internationale, parmi lesquels Roberto Burle Marx pour le Brésil, Hermann Thiele pour l’Allemagne, ou encore Willi Neukom pour la Suisse.

Pour les visiteurs, l’expérience dépassa les présentations et jardins horticoles de par la richesse du programme culturel proposé tout au long de l’Exposition dont notamment des expositions à ciel ouvert et des représentations artistiques sur le Lac Iris. Un petit train ainsi que des télésièges installés sur 2,2kms permettaient également une vue panoramique du site, mais pouvaient difficilement rivaliser avec la vue imprenable que seul le sommet de la Tour du Danube avec son restaurant tournant pouvait procurer sur l’ensemble du parc.

Après avoir enchanté plus de 2 millions de visiteurs, le site devint un parc public. Conservant de nombreuses caractéristiques et aménagements originels, tels que la Tour du Danube, le petit train et le rosarium, le parc devint l’un des plus grands espaces verts de la ville et également l’un des plus apprécié.

En 2014, pour commémorer le 50e anniversaire de l’Exposition, le Musée de Vienne dédia une exposition, célébrant l’importance de la WIG 64 dans le développement de la Vienne moderne.