EXPO 1862 LONDRES

Catégorie
Exposition Universelle

Dates
01/05/1862 - 01/11/1862

Thème
Industrie et Art

Désignation Officielle
Exposition Internationale de l’Industrie et de l’Art de Londres

Superficie (ha)
11

Visiteurs
6 096 617

Participants (Pays)
39


Après le succès de la première Exposition Universelle organisée à Londres en 1851, le Royaume-Uni avait décidé d’organiser une seconde Exposition qui surpasserait en tout point, non seulement celle de 1851 mais surtout celle de Paris organisée en 1855.

Les progrès considérables réalisés dans le domaine de la production d’acier, des machines à vapeur (pour les chemins de fer et navires) et de la télégraphie, laissaient présager qu’une Exposition sur le thème de l’industrie, la technologie et l’art serait une réussite.

Des défis d’organisation

Pour marquer le 10ème anniversaire de la Grande Exposition, l’Exposition prévoyait d’ouvrir ses portes en 1861. Cependant, en raison d’événements internationaux - la guerre d’indépendance italienne et la guerre civile survenue aux Etats-Unis - l’ouverture de l’Exposition fut retardée d’un an. En effet, les débuts de la guerre civile avaient eu des effets sur l’industrie textile britannique, causant une pénurie de coton et des problèmes financiers pour certains pays qui se retrouvèrent alors dans l’incapacité de participer.

En décembre 1861, dans un contexte déjà difficile survint le décès du Prince Albert – époux de la Reine Victoria et l’un des principaux moteurs de l’Exposition. La longue période de deuil qui en suivit, ne permit pas alors à la Reine Victoria, de participer à la cérémonie d’ouverture en 1862.

Le Palais des Expositions

Au vu du succès du Crystal Palace en 1851, l’architecte capitaine Francis Fowke développa une structure encore plus grande, impressionnante, et triomphante à South Kensington. Conçu pour être un lieu permanent d’accueil de futures expositions, le Palais des Expositions était constitué de fer et de briques. Construite par John Kelk et les frères Lucas en seulement 11 mois, la structure, consistait en un bâtiment principal flanqué de deux ailes dédiées aux machines et équipements agricoles.

Les visiteurs entraient le Palais par une longue galerie décorée de grandes sculptures et colonnes. Cherchant à concurrencer la Grande Galerie du Louvre à Paris, cette galerie de 350 mètres de long exposait les peintures d’artistes classés selon leur nationalité tel que défini par les règles des organisateurs.

Dans les deux ailes adjacentes, les visiteurs pouvaient découvrir des machines et mécanismes tels que la machine analytique - prototype du premier ordinateur présenté pour la première fois au public - imaginée par le mathématicien anglais Charles Baggage.

C’est également au cours de cette Expo que fut présenté le processus de production d’acier de Bessemer. Alors qu’onze années, seulement, s’étaient écoulées depuis la Great Exhibition de 1851, la taille des machines avait entre-temps beaucoup évolué ; alors que l’appareil le plus lourd ne pesait que 9 tonnes en 1851, le plus imposant en 1862 en pesait 35.

La participation internationale

Trente-neuf pays étrangers prirent part à l’Exposition, présentant leurs innovations dans différentes parties de la nef. Si les participations étrangères devaient au départ bénéficier d’un libre agencement, les organisateurs décidèrent finalement d’en reprendre le contrôle et ainsi de coordonner les différentes expositions nationales.

Parrainée par Napoléon III, la participation française comprenait une délégation de travailleurs. Les échanges entre les délégations de travailleurs français et britanniques qui eurent lieu durant l’Exposition, inspirèrent alors la création deux ans plus tard, en 1864, de la première Association Internationale des Travailleurs.

Legs

Si l’Exposition dépassa en taille et proportion les expositions de Londres 1851 et de Paris 1855, elle ne put, en revanche, atteindre son objectif premier de 11 millions de visiteurs ; le décompte final sera de 6,1 millions de visiteurs.

Après la clôture de l’Exposition, le Parlement britannique refusa la demande du gouvernement de racheter le Palais des Expositions. Aussi les matériaux du Palais furent-ils réutilisés pour la construction de l’Alexandra Palace, lieu de divertissement situé au Nord de Londres.